► Collection Cosmo
► Une rencontre franco-roumaine

Impression 5 couleurs, un ton direct doré

A partir de 6 ans
68 pages
20 * 25 à la française
16 août 2024
978-2-490102-30-3

21,50

Rupture de stock

Le vent, personnage démiurge de ce conte philosophique pour enfants, joue les malicieux et emporte deux princesses, l’une à la robe rouge cerise, l’autre à la robe bleu turquoise, dans une épopée extraordinaire à travers des mondes singuliers. Il est tornade, bourrasque, tempête, brise, courant et avec lui, les princesses et leurs robes magiques traversent pays et frontières. Pendant leur voyage, les princesses curieuses grandissent, apprivoisent leurs émotions et expérimentent la beauté des mondes, l’immensité du ciel, puis la satisfaction du retour. Cette histoire, tel un miroir amplifié des étapes de la vie, interroge notre rapport à l’autre, au temps et au bonheur.

 

En tout, ce sont cinq pays qu’elles vont survoler et aider grâce à leurs robes : le pays des pluies, des canicules, des ogres, de noir et du blanc, et le pays des airs. Grâce à leurs robes, les princesses font état d’un altruisme sincère, elles débarrassent les mondes de leur trop plein en les rééquilibrant : au pays des pluies elles font cesser la pluie, tandis qu’aux pays des canicules, elles la suscitent. Au commencement, ces princesses sont des héroïnes candides dont les actes involontaires sont salvateurs mais, au fur et à mesure de leur périple, elles vont gagner en assurance et trouver en elles-mêmes la volonté de sauver. Jusqu’au déchirement. Car, il en faut un ! Les princesses sont abusées par un séducteur sans scrupules qui les pousse à la discorde et à la chute. Mais le vent veille au grain, il ramènera ses protégées dans leur pays, le pays des princesses.

 

On y retrouve le travail délicat à l’aquarelle et à l’encre de chine de Bianca Spatariu, des motifs floraux et la stylisation extrême des choses de la nature. Le doré de la maquette du livre habille les illustrations de Bianca Spatariu et anime les princesses comme dans un petit théâtre d’ombre.

 

Bon vent !